article-date

L’Aqueduc Vilaine Atlantique (AVA)

L’aqueduc Vilaine Atlantique est un projet structurant à plusieurs titres :
– Un renforcement de la sécurisation mutuelle de 3 départements (35, 44 et 56) avec un double sens de circulation de l’eau. L’eau d’Ille-et-Vilaine permettra de faire face aux pics de besoins estivaux de la côte Atlantique, et inversement l’eau de l’usine de Férel facilitera la recharge hivernale et printanière des ressources en eau d’Ille-et-Vilaine (souterraines et barrages). A ce titre, le projet fait partie des orientations du SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) du bassin de la Vilaine. Plus précisément, la sécurisation de l’alimentation de la majeure partie du département d’Ille-et-Vilaine s’effectuera :
• Le long du tracé de la canalisation pour tout le secteur Sud-Ouest du département
• Grâce au raccordement à Rennes, véritable nœud hydraulique du département, cette conduite vient sécuriser directement ou indirectement l’ensemble du territoire (à l’exception de la Côte d’Emeraude), grâce aux infrastructures existantes.
– Un volume d’eau potable potentiel supplémentaire de 7 millions de m3 par an soit 15% des besoins en eau actuels des brétilliens, permettant de répondre au dynamisme économique et démographique du département et aux incertitudes climatiques.
– Une liaison de 90 km au total entre les 2 plus grosses usines de potabilisation de Bretagne : usine de Férel (Barrage d’Arzal) et usine de Villejean à Rennes.

Par ailleurs, ce projet apporte d’autres bénéfices :
– Une optimisation de l’utilisation des ressources existantes qui permet d’éviter la création d’une nouvelle réserve d’eau potable (barrage) sur le département ;
– Une meilleure garantie du respect des débits minimaux, notamment en année sèche, des cours d’eau dans lesquels des prélèvements sont effectués ;
– Un coût évité de 10 millions d’euros de travaux, dont l’agrandissement de la station de traitement de Ferel dans l’estuaire de la Vilaine